Les livres le plus souvent taggés « non lu » sur Library Thing

Un «  meme  » a circulé aux USA, concernant la liste des 106 livres le plus souvent taggés «  non lu  »* sur Library Thing. Les participants devaient indiquer parmi les livres figurant dans la liste lesquels ils avaient lu,  pas lu du tout, commencé et jamais fini, lu par obligation scolaire, perdus, et lesquels figuraient dans leur liste de livres à lire…

Je ne participe pas au meme, mais reproduire simplement une partie de cette liste ne me semble pas sans intérêt. (Le chiffre entre parenthèse indique le nombre de bibliothèques virtuelles sur lesquelles le livre est présent.)
En voici le début  :

  1. The ultimate hitchhiker’s guide by Douglas Adams (43)
  2. Jonathan Strange & Mr Norrell by Susanna Clarke (236)
  3. The kite runner by Khaled Hosseini (19)
  4. Anna Karenina by Leo Tolstoy (211)
  5. Life of Pi : a novel by Yann Martel (17)
  6. Don Quixote by Miguel De Cervantes Saavedra (152)
  7. Crime and punishment by Fyodor Dostoyevsky (176)
  8. One hundred years of solitude by Gabriel Garcia Marquez (183)
  9. Vanity fair by William Makepeace Thackeray (115)
  10. The Silmarillion by J.R.R. Tolkien (155)
  11. Ulysses by James Joyce (135)
  12. War and peace by Leo Tolstoy (132)
  13. Madame Bovary by Gustave Flaubert (132)
  14. The brothers Karamazov by Fyodor Dostoyevsky (136)
  15. Catch-22 a novel by Joseph Heller (158)
  16. Wuthering Heights by Emily Bronte (162)
  17. The Blind Assassin by Margaret Atwood (110)
  18. Quicksilver (The Baroque Cycle I) by Neal Stephenson (92)
  19. A tale of two cities by Charles Dickens (124)
  20. The satanic verses by Salman Rushdie (88)
  21. Middlemarch by George Eliot (96)
  22. Reading Lolita in Tehran : a memoir in books by Azar Nafisi (96)
  23. The name of the rose by Umberto Eco (120)
  24. The Kor’an by Anonymous (11)
  25. Moby Dick by Herman Melville (119)
  26. The Odyssey by Homer (136)
  27. The Canterbury tales by Geoffrey Chaucer (108)
  28. Love in the Time of Cholera by Gabriel Garcia Marquez (114)
  29. The hunchback of Notre Dame by Victor Hugo (75)

Tim Spalding commente l’info dans le blog du site, avec un lien vers une page de résultats de recherche Google montrant les sites participant au meme.

Il ajoute que de nombreux livres de cette liste sont de gros livres, dont le nombre de pages découragent probablement les lecteurs. Je croyais quant à moi, que passé le CE2, nul ne se préoccupait plus outre mesure du nombre de pages d’un livre, ni de les compter, ni de flipper sur sa longueur.

A noter, parmi les 29 premiers livres de la liste, une forte proportion d’auteurs non nord-américains, dont deux ouvrages de Garcia-Marquez et deux de Dostoïevski. Côté français : Victor Hugo leur casse les pieds, et Madame Bovary les endort : peut-être devraient-ils essayer Madman Bovary, de Claro, sauf qu’il perd toute sa saveur pour qui n’a pas lu Madame avant Madman. L’arc en ciel de la gravité, de Pynchon, est 72ème…

La liste comprend les livres taggés «  unread  »  ainsi que  : *unread*, @unread, C:unread, Have-Not-Read, Havn’t Read, NotRead, Unread., «  books to read  », _unread, as yet unread, have not read, haven’t read, haven’t read it, havent read, not read, status:unread, un-read, unread ;what ?

5 réflexions au sujet de « Les livres le plus souvent taggés « non lu » sur Library Thing »

  1. Hubert Guillaud

    L’épaisseur d’un livre a toujours son importance, même bien après le CM2. Tous les éditeurs te le diront ;-) : «  de nos jours, faut faire court coco !  »

    Mais les livres non lus sont toujours la promesse d’une rencontre. Certains s’empilent ainsi sur nos tables de chevets, des années durant. Patientant longuement que notre envie veuille bien aller à leur rencontre. Tous n’ont pas cette chance finalement. Le pire n’est peut-être pas dans les livres non lus, mais dans ceux qu’on ne trouve pas le courage de finir. Sur Babelio, j’avais lancé un tag intitulé «  tombédesmains  ». ;-)

  2. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    C’est juste : les livres savent bien nous attendre, ils sont infiniment patients. Peut-etre est-ce vrai aussi de certains que l’on pourrait tagger «  tombédesmains  » à 20 ans, et qui nous enchanteront 10 ou 15 ans plus tard. A l’inverse, certains livres m’ont enthousiasmé dans ma jeunesse, et si je les feuillette aujourd’hui, ils ont perdu tout attrait, sinon peut-être la nostalgie de l’époque où je les ai aimés.

    Sur l  »épaisseur des livres, tu as raison aussi ( c’est agaçant à la fin ! ). Même si l’épaisseur de certains livres (les bienveillantes par exemple) n’a pas été un obstacle à leur succès commercial. Simplement, en tant que lectrice, je ne peux m’empêcher d’associer cette attention apportée à la grosseur d’un livre à cet âge où la lecture étant une conquête récente, on annonce fièrement à son entourage «  j’en suis déjà la page 96 !  ». Période qui ne dure pas très longtemps… Cependant, j’observe chez mes propres enfants, qui ont grandi dans un monde où la lecture est une occupation parmi de très nombreuses autres fort attrayantes, un rapport à la lecture plus associé à la notion d’effort que ce que j’ai pu connaître enfant, quand la lecture était pratiquement le seul moyen de s’occuper dans de très nombreuses occasions, et était plus associée à la détente, l’évasion, le loisir, la tranquilité, et finalement au plaisir, qu’à l’effort.

  3. Guillaume

    Le manque d’épaisseur, dans une France de romanciers plus que de nouvellistes, peut aussi porter préjudice à l’auteur. Un soupçon de légèreté pèse sur les textes trop courts. J’avais lu quelque part que dans le jury du Medicis 1991, certains membres s’étaient élevés contre l’attribution du prix à Sa femme d’Emmanuelle Bernheim (114 pages), jugé « trop court. » (L’argument est idiot, et je peux d’ailleurs confesser que sans avoir lu Sa femme, je me suis plutôt emmerdé à la lecture de Vendredi soir et de Stallone, encore moins épais…)

    Je rebondis sur ta remarque, Virginie, au sujet des livres « que l’on pourrait tagger “tombédesmains” à 20 ans, et qui nous enchanteront 10 ou 15 ans plus tard », qui met la lumière sur un aspect du tagging encore peu exploité : la temporalité. La plupart des sites versés dans le tagging sont encore jeunes, mais cette dimension devrait prendre de l’importance, a fortiori sur des sites fondés sur les goûts de leurs membres, comme Librarything ou Babelio.

    Ci-dessous un extrait et un lien vers un très bon article de Wired sur le concours lancé par Netflix pour améliorer son moteur de recommandation de films (basé uniquement sur les notes, mais le principe pourrait être le même pour les tags.) Avec 8 ans de notes sur les films, les participants peuvent tenir compte de l’évolution du goût du spectateur au fil du temps.

    “It’s easy to say you should take human factors into account — but how, exactly ? How can you use psychology to study people about whom you know nothing except what movies they like ?

    Some things are easy. For example, the Netflix data set now covers eight years of ratings. If you think people’s tastes change over time, you might want to weigh recent ratings more heavily than older ones.”

    http://www.wired.com/techbiz/media/magazine/16-03/mf_netflix?currentPage=all

    PS : un très grand merci pour le lien vers cet ouvrage collectif sur Pynchon, que je découvre grâce à toi. Très très alléchant !

  4. Aldus

    Un grand merci Virginie pour ces infos pynchoniennes, me replonge dans ma jeunesse et j’ai la surprise de voir que vous en êtes aussi plusieurs de cette galaxie-là. Les échos du côté de chez Claro me réjouisse. Pynchon, je les ai tous lu, et «  vraiment lus  » et dieu sait s’ils sont bien gros ! d’ailleurs j’aime les gros livres, comme les longs voyages en train d’ailleurs ! je vous conseille 2666 de Bolano qui vient de sortir chez Bourgois, un livre exceptionnel dont on ne sort pas indemne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>