De la poussière sur les livres numériques

livres_poussiere
C’était pénible, aussi. Votre attachement, votre addiction à ces objets lourds qui prenaient la poussière, s’entassaient sur des étagères, petits ou grands, épais ou minces, blancs ou jaunis, colorés parfois, et le plus souvent décolorés.

C’était terrible, votre folie d’aimer savoir qui avait écrit quoi, cette manie de chercher sur la couverture le nom de l’auteur. Le pire, c’est que certains auteurs indiquaient également le nom d’autres auteurs dans les pages intérieures, vous conduisant à des découvertes, vous enfonçant toujours plus dans la dépendance, tissant des liens entre la couverture jaune et la verte, le gros livre penché et le petit à peine visible.

C’était affreux, d’être obligé en regardant les objets posés sur les étagères, de se souvenir des gens qui vous les avaient offerts, de votre plaisir lorsque vous les aviez achetés, des heures passées sous le tilleul à plat ventre sur une couverture, la première fois que vous aviez lu celui-là, et dans ce train qui n’en finissait plus d’arriver, la fois où vous aviez relu cet autre. Oui, vraiment horrible. Il allait bien falloir un jour se débarrasser de tout ça. Il faudrait bien un jour inventer autre chose.

Vous aviez bien essayé ces succédanés, ces objets qui portaient un absurde nom féminin, et qui commençaient à se répandre doucement, très doucement chez nous, plus vite ailleurs, ces petites machines qui, une fois apprivoisées, vous procuraient, disiez-vous, une expérience de lecture somme toute assez proche de celle des objets posés sur vos étagères. Peut-être étiez-vous assez nombreux à être, au final, plutôt indifférents à la matérialité de ces choses. Elle était là, simplement, cette matérialité, papier, colle, encre, pour permettre ce moment magique, disiez-vous, ce coup de talon sur le sol qui vous permettait l’envol. Les pages se tournaient, remontant le ressort qui bientôt vous enverrait très loin. D’autres attachaient bien plus d’importance aux objets, à leur forme, à leur aspect. Parlaient même parfois de la délicieuse odeur-de-l’encre-et-du-papier. Pas vous. Seul importait le texte, s’y engouffrer, à en oublier de respirer et bouger, à attraper des fourmis dans les jambes, des torticolis, pour être resté si longtemps suspendu aux pages. Parfois, donc, vous lisiez aussi à l’aide d’un objet électronique, à l’écran mat ou brillant. Souvent, c’était parce que vous voyagiez, et que vous ne souhaitiez pas porter de trop lourds bagages. Ou bien, vous tombiez – horreur – en panne de lecture à des kilomètres d’un lieu habité, et il vous suffisait de trouver un peu de réseau pour vous approvisionner, sans devoir attendre la prochaine virée en ville. C’est dire l’état d’intoxication où vous vous trouviez. Vous développiez ce faisant de nouvelles et détestables habitudes. Celle de quitter l’enclos du fichier pour vérifier en ligne l’origine ou le sens d’un mot, situer une ville sur une carte, et même poster une citation sur Twitter, avant de reprendre votre lecture.

Mais ce n’était pas la solution. Demeurait cette sale manie d’en revenir, toujours, à des objets horriblement figés. Cette obsession de vous enfermer dans ces espaces clos. Ce plaisir malsain de savoir que d’autres avant vous avaient lu ce texte, celui-là exactement, et que, peut-être, d’autres le liraient après. Cette erreur que vous aviez faite en entrant dans cette confrérie des lecteurs, mais vous étiez petit encore, à l’âge de vos premiers Club des Cinq, et personne ne vous avait mis en garde. Les liens que vous continuiez de tisser entre vos lectures, et, horreur, avec d’autres lecteurs. La confiance que vous faisiez, pauvre innocent, naïf lecteur, au bout de quelques titres, à cet éditeur – un éditeur ! – qui vous avait, disiez-vous, pour votre grand plaisir, emmené vers une contrée littéraire jusqu’alors inconnue de vous.

Non, il faudrait quelque chose de vraiment différent. Oui. Mettre un terme à tout cela. Ce repli sur soi. Ce temps passé, immobile, coupé des autres. Cette fréquentation de complets inconnus. Dont certains étaient morts, cela me fait peine de l’écrire. Il faudrait passer à tout autre chose. Quelque chose d’ouvert. Quelque chose qui permette la circulation, la rencontre, et l’oubli. Quelque chose d’anonyme. Quelque chose de mélangé à d’autres choses. Quelque chose de plus intelligent. Quelque chose qui vous connaisse. Quelque chose qui vous devine, qui vienne à votre rencontre. Qui ne se contente pas de singer les choses poussiéreuses posées absurdement sur l’étagère entre deux autres choses. Qui ne soit pas bêtement homothétique, stupidement apparenté au vieux monde en perte de vitesse. Quelque chose avec des algorithmes. Avec de l’intelligence, oui, mais de préférence artificielle. Il faudrait ouvrir ces trucs et gratter l’encre jusqu’à faire des trous dans les pages, il faudrait creuser dans les pages pour trouver le sens, mouliner les débris des pages dans de grandes machines à indexer, fabriquer des bases de données, il faudrait tout de même penser à fabriquer, bon sang, un jour, des bases de données.

Vous lisiez bien d’autres choses, aussi. Vous naviguiez des heures, lisant-écrivant sur le web inépuisable, rebondissant d’un site à l’autre, du français à l’anglais, absorbé parfois longuement. Lire longtemps sur l’écran ne vous dérangeait pas. Vous aimiez la rumeur du web, ses mélanges, ses territoires balisés et inconnus, les tressautements de l’hypertexte, les carambolages qu’il permettait, ses îles, ilôts, archipels, ses atolls et ses icebergs. Et vous aimiez que parmi ces ilôts, auprès des merveilles et des surprises du web, il soit possible d’identifier, de loin, des zones particulières, reconnaissables entre mille.

Vous aimiez vous dire que les livres s’étaient fait une place sur le web. Et que, numériques ou numérisés, bon nombre d’entre eux pouvaient demeurer des livres.

On allait bientôt s’occuper de vous.

 

 

 

 

 

 

 

7 réflexions au sujet de « De la poussière sur les livres numériques »

  1. Arbon

    C’est curieux : j’ai des sentiments pareillement mitigés. Merci de les avoir exprimés si joliment.

  2. Pointvirgule

    Bof ! (pour l’article)… Qui donc a dit déjà (à propos de l’humain) : «  poussière, tu n’es que poussière, et tu retourneras en poussière  » ? Pas Pascal ? En tout cas, ce sera aussi un jour, plus tard certainement que le livre papier mais ce sera, le cas des tablettes tactiles et autres liseuses électroniques, donc des livres numériques….
    On peut aussi très bien flasher sur un passage d’un texte numérique, qu’on trouve sublime, et qu’on a envie d’avoir sans cesse avec soi. La tablette on ne l’a pas sans cesse avec soi. On ira donc imprimer le passage (même s’il fait plusieurs pages) sur des feuilles en papier, que l’on pliera en quatre pour conserver dans son sac ou sa pochette….

  3. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    Merci à vous pour ces commentaires et compliments, merci pour les critiques aussi.

    @pierrealexandre Si vous ne voyez que de la nostalgie dans ce texte, j’ai raté mon coup… Une prise de position, plutôt, qui n’est pas un éloge inquiet du livre imprimé. Ce n’est pas de la nostalgie, je crois, de penser qu’il est pertinent de construire un écosystème du livre numérique sur le web, même si ce n’est pas facile, même si cela ne va pas de soi. Ce n’est pas une idée nouvelle, et pas mal d’autres posts de ce blog la développent. Je ne suis pas du tout intéressée par les oppositions binaires – ceci tuera cela, imprimé contre numérique, livre contre web. Je m’intéresse, et ce depuis les années 80, au devenir du texte, lorsqu’il peut être séparé de la page. Je ne vois aucune contradiction entre les innovations, les inventions, les explorations auxquelles le web nous invite et le fait de tenter d’y faire circuler, en veillant à leur intégrité, les objets culturels déjà identifiés et connus, repérables, que sont les livres.
    Je n’aime pas le dogmatisme, d’une manière générale, et j’essaie de l’éviter, même s’il peut m’arriver, comme à chacun, d’y céder de temps en temps, par excès de fougue, de conviction ou d’enthousiasme.
    Je participe, lundi et mardi prochain, aux journées organisées par le W3C Publishing and the Open Web Platform au Centre Pompidou : en plein dans le sujet, et peut-être cela fera-t-il avancer ma réflexion sur ces questions. Je déteste les certitudes.

  4. noemi lefebvre

    Dans le grenier qui sentait la poussière et les vapeurs de vieux cidre remontées du cellier, il y avait ces livres de bibliothèque rose et verte aux pages un peu molles d’humidité, et puis le tourne-disque orange, un portatif design seventies où tournait en boucle une chanson tranquille, http://www.youtube.com/watch?v=efkN46gavSY, cette géniale modernité n’empêchait pas les merles après la pluie ni le rire des hirondelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>