Les mises à jour de Fabula sur Twitter

fabula.jpg

Twitter, un truc de geeks ? Pas seulement.

Le site de recherche en littérature Fabula annonce maintenant ses mises à jour sur twitter, il suiffit d’avoir un compe twitter et de choisir de suivre fabula. Alexandre Gefen a été rapide : hier, j’ai vu qu’il réactivait un vieux compte twitter qui n’avait jamais servi. Aujourd’hui, le service fonctionne. Un peu geek surement quand-même, Alexandre !

Qu’est-ce que Fabula ? C’est dit sur le site :

Lancé en 1999 par Alexandre Gefen et René Audet, Fabula est une association de chercheurs (régime loi de 1901 des associations à but non lucratif) s’intéressant à l’articulation entre théorie et histoire littéraires, rassemblés autour d’un site Internet. En outre, le site Fabula se veut un lieu de ressources et de rencontre destiné aux chercheurs du large domaine des études littéraires. A ce travail de recherche s’ajoutent donc une mission d’information et une activité de publication. Le site Fabula est mis gratuitement à la disposition de tous les chercheurs de langue française, quel que soit leur champ de recherche.

Twitter et les livres, encore :
Voici la genèse d’une autre idée (trouvée chez booktwo.org), associant Twitter et la lecture, crayonnée sur le dos d’une enveloppe comme il se doit :

booktwo.jpg

Une idée simple pour partager ses lectures et alimenter sans effort sa bibliothèque LibraryThing.
De twitter (ou par téléphone, ou n’importe quel outil permettant de twitter), il suffit d’adresser un message à bkkeepr (@bkkeepr), indiquant l’ISBN de l’ouvrage concerné accompagné d’un verbe : «  start  », pour indiquer qu’on a commencé le livre, un numéro de page, pour indiquer où on en est, «  finish, lorsque le livre est terminé. On peut aussi ajouter une courte citation ou un commentaire bref à la suite du numéro de page.

bkkeepr.jpg

4 réflexions au sujet de « Les mises à jour de Fabula sur Twitter »

  1. F

    bon, pour l’instant, ça fait comme face book fin août dernier, d’ailleurs si tu remarques on est à peu près les mêmes !

    donc avant tout une occasion de plus de cliquer un petit bouton dans la barre de navigation de Firefox et de passer 30 secondes en bavardage au lieu de revenir à la fenêtre Word sur le l’écran principal…

    je ne peux pas m’empêcher de participer, parce que ces questions de viralité et de réseau, je sais qu’elles sont essentielles pour notre compréhension de ce qui se passe
    je sais aussi que face book, selon l’usage qu’on en fait, c’est désormais pour moi un outil qui a sa propre spécificité par rapport à mon blog, dont il répercute les mises à jour, et ce qui s’y passe a certainement influé la façon dont j’ai fait évoluer les mises en page de mon site

    pas de regret alors à me coller aussi à twitter, j’ai même essayé les «  embed  » vers mon site fixe et vers ma page face book – et sans préjuger de ce que ça pourrait devenir si tous ceux qu’on croise dans face book (ou bien les gens avec qui on voisine dans le boulot mais sont des paresseux du Net) s’y collaient

    mais hier soir, à cause d’Alain, me suis aussi inscrit sur IMEEM, et c’est encore une autre logique de «  réseau social  », par exemple communication de contenus culturels pointus, par affinités croisées, impossibles à faire circuler autrement

    donc, curiosité vraie de l’émergence de ces outils «  réseaux sociaux  », et la façon dont on pourrait rêver en importer les fonctions de fluidité dans nos propres sites fixes, mais réticence à voir toujours «  externaliser  », et même se fragmenter, ce qui pour chacun de nous est un flux indivisible – discussions littérature sur mon forum tiers livre, événementiel, agenda et rencontres sur face book, musiques rares sur imeem, discussions sur le numérique chez V ou H (merci aux 2 du lien vers remarquable étude de Piotr)

    là je frousse un peu : où est l’outil qui rassemblerait tout ça d’un coup d’oeil, comme la belle utopie qu’était notre tout petit jardin web d’il y a 5 ou 6 ans ? quelle merveille ça aurait été de disposer d’une page «  univers  » netvibes il y a 2 ou 3 ans, et quand on les voit se multiplier aujourd’hui (voir comment se recoupent celles de melico et bibliobsession) se dire qu’on n’en finira plus jamais du kaleidoscope…

    mais bon, pour l’instant pas le choix : on reste dans le labo, on a son twitter et son face book etc… mais dubitativement !

    et bise du dimanche

  2. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    @F Tu pourrais essayer friendfeed,(s’il reste de la place dans ta barre firefox), qui rassemble pas mal de choses en un coup d’oeil. Comme sur twitter, tu peux choisir ceux que tu veux suivre. Ensuite, en fonction des réglages de chacun, tu peux suivre leur activité : ce qu’ils ont publié sur leur blog, leurs twits, les signets qu’ils ont sauvegardé dans delicious, etc. etc.
    C’est vrai que ça peut donner un peu le tournis, et qu’on a aussi autre chose à faire, mais comme toi je crois qu’il est important d’utiliser, et puis ensuite de chosir les modes de partage qui nous conviennent le mieux.
    Ce que j’aime, dans twitter en particulier, c’est cette part d’inattendu, qui n’est pas «  n’importe quoi  », parce que c’est un inattendu qui m’arrive de la part de gens que j’ai choisis, un i  »inattendu  » qui a de grandes chances d’être pertinent.
    Cette manière inédite d’accéder à autrui et de m’en rendre accessible, d’accéder à la curiosité et à l’inspiration immédiate d’autrui et de partager mes découvertes et mes interrogations continue de me passionner. Et puis : l’arrivée sur Mars de Phoenix via twitter, c’était quand même quelque chose (merci à Alexandre Gefen qui m’a embarquée pour ce voyage…)

    @Dominqiue :)

  3. Ping : bkkeepr : gazouiller le livre qu'on lit - La Feuille - Blog LeMonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>