Bouquinosphère + soirée remue.net

Tomber en panne de blog, juste la semaine de la bouquinosphère, c’est ce fut vraiment idiot…
(Mais l’incident est clos, et je fais juste ici un copier/coller depuis mon blog de secours à 1 seul post «  en-rade.blogspot.com  »…)
Hubert (filmé par François Bon) nous a parlé vendredi dernier du livre comme base de données. Donc, prévoir que nos livres pourront tomber en panne. Jusqu’à présent, on pouvait tomber en panne de livres (horrible), et bientôt, ce sont les livres eux mêmes qui seront en panne. Zut, mon livre a planté. Affreux.

C’était bien de faire se succéder dans le même lieu une soirée bouquinosphère et la soirée «  écrire avec l’internet  » organisée par remue.net. Impression d’avoir l’occasion de réconcilier mes deux côtés, le côté du computing, cette passion bizarre pour les machines, le programme, le numérique et ses promesses, et mon côté textes, ce goût immodéré et un peu contrarié des mots et de l’écriture. Ainsi agencée, la soirée a permis des rencontres entre gens du texte et gens du «  digit  », écrivains et geeks, avec bien sûr quelques mutants, ceux qui sont ou deviennent à la fois l’un et l’autre.

C’est bien de voir que les écrivains s’emparent du web, d’échanger avec eux sur la nature du texte numérique, de chercher avec eux s’il existe une poétique de l’hypertexte, de discuter les dogmes concernant l’écriture web (qui devrait absolument être concise, structurée, comporter des paragraphes courts, des titres, offrir la possibilité d’une lecture rapide, d’un balayage etc.).

C’est bien, aussi, ce détour, qu’un homme de l’image nous parle des photos et des vidéos vites prises et vite partagées sur le web par des millions de jeunes du monde entier, une manière de se parler en images, de parler de soi sans dire je mais en se montrant, loin des mots, plus près du geste et du corps (danser, chanter).

Contente aussi de voir Isabelle Aveline parler avec Babelio (une dream team, non ?), de voir en vrai Fred Griot, celui de mes friends dans Facebook qui a le nom le plus court, de savoir que des précurseurs, Alain (rencontré chez Hachette en 95, alors que déjà il y fomentait des troubles numériques) et Constance, (qui participa à l’aventure 00h.00.com) ont ouvert chacun leur blog.

Et puis j’ai rencontré un pays, Sébastien Bailly, et on a parlé de Rouen, et de la rue Grand Pont. Savez-vous pourquoi l’un des accès à la cathédrale est appelé portail des libraires ? Mais je ne vois vraiment pas le rapport avec la lecture, internet ni la bouquinosphère…

5 réflexions au sujet de « Bouquinosphère + soirée remue.net »

  1. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    Merci Guillaume, il y en a au moins un qui s’est aperçu que teXtes était cassé :) (deux avec Hubert, qui a mis un lien vers mon blog de secours…)

    Ton petit mot me rappelle Brassens, «  les copains d’abord  », je cite de mémoire :

    «  Au rendez-vous des bons copains
    Y avait pas souvent de lapin
    Si l’un d’entre eux manquait à bord
    C’est qu’il était mort
    Oui mais jamais au grand jamais
    Son trou dans l’eau n’se refermait
    Cent ans après coquin de sort
    Il manquait encore…  »

  2. F

    mutons donc, et pas moutons, et mutandis mutandis on a pas fait dans la mutité c’est au moins ça, content de voir texTes à sa place dans le Netvibes…

  3. Ping : écrire en avançant « La vie dangereuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>