4 réflexions au sujet de « Si vous avez quelques minutes… »

  1. Clément Laberge

    Question de participer au jeu de la création collective et de l’expérimentation des réseaux « autour de l’histoire », je me suis permis de construire un univers netvibes autour de Slice, deuxième histoire de « We Tell Stories ».

    C’est ici :

    http://www.netvibes.com/slice

  2. piotrr

    oui ! autant je n’ai pas été convaincu par la première : trop artificiel, trop de clics, j’ai décroché. autant là, on a une expérimentation de ce que pourrait être une écriture narrative après le livre. A suivre donc. Et bravo Clément pour l’idée d’en faire un univers netvibes.

  3. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    Je suis d’accord, je suis beaucoup plus emballée par ce deuxième épisode, même si je trouve que l’intégration de Google Maps est assez réussie dans le premier. J’admire la performance technique du premier, je suis séduite en tant que lectrice dans le second, qui donne envie tout de suite de participer, de rentrer dans le jeu. On est vraiment là à la frontière entre le récit («  je vais vous raconter une histoire  »), et le jeu («  on dirait qu’on serait…  »).

  4. Alain Pierrot

    Sebastian Mary publie un billet intéressant sur if:book, à propos de la brièveté et de l’adéquation des textes au format sous lequel on les lit.

    Whatever you may think of the actual story, the first episode in Pengin’s WeTellStories experiment, The 21 Steps, suggests a growing recognition of the need to adapt storytelling modes online. It’s a decent balance of Web-native visualization and textual storytelling. The reader doesn’t have to deal with more than 20 or so words per click, 40-50 per ‘chapter’. The whole thing takes 5-10 minutes to read. This, in my view, is about where Web storytelling needs to be pitched.

    [Quoi que vous puissiez penser de l'histoire en question, le premier épisode de l'expérience WeTellStories de Penguin, Les 21 marches suggère une prise de conscience croissante du besoin d'adapter les modes de narration à la diffusion en ligne. Le lecteur n'a pas affaire à plus de quelque 20 mots par clic, 40 à 50 par ‘chapitre’. L'ensemble prend 5 à 10 minutes à lire. C'est, à mon avis, à peu près là que la narration Web doit être pitched]
    Difficile de traduire ‘pitched’, allusion au sales pitch/argumentaire de vente, ‘point’ prégnant ou trait pertinent. Pour ma part, j’aime bien l’idée qu’un texte ‘abstrait’ est écrit avec un format optimal en vue, avant que les lecteurs s’en emparent et se l’approprient au gré des circonstances ou de leur liberté de lecteur, quitte à s’écarter de la matérialité proposée par l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>