Ils ont de la chance à l’ENS

J’ai avancé un peu vite, de retour de la journée sur la recommandation à laquelle j’ai eu le plaisir d’assister la semaine dernière, le terme d’AV-Pro, pour désigner ceux qui, chacun dans leur écosystème professionnel, font à la fois un travail de sentinelle et de passeur.
Et voici qu’un AV-Pro nous offre aujourd’hui un long texte très intéressant à bien des égards, texte qui décrit l’activité de l’Unité Numérique de l’ENS-SHS LSH, qu’il dirige. Cet AV-Pro c’est Pierre Mounier, Piotrr pour les lecteurs de Homo-Numéricus et Blogo Numéricus. Ce qu’il décrit à la fin de son texte me semble faire partie de la définition même du contexte où évoluent les AV-Pro, quelque soit l’univers métier dans lequel s’inscrit leur démarche. Le témoignage d’Olivier Tacheau aux Polyphonies du livre m’avait déjà fait ce même effet, à la limite d’un sentiment de «  déjà-vu  ». Je cite Piotrr :

Du point de vue des compétences elles-mêmes, la particularité de l’Unité Numérique est d’allier des compétences diverses et complémentaires, en édition, en communication, en informatique, en documentation et en conception web. Cette diversité est essentielle, à mon avis, parce qu’elle empêche l’Unité Numérique de tomber en tant que structure dans le giron d’un des corps professionnels constitués. Pour dire les choses brutalement, l’Unité Numérique est une structure nouvelle qui répond à une situation nouvelle. On peut penser qu’elle est une manière particulière, comme d’autres le font différemment ailleurs, d’inventer un nouveau métier, celui d’éditeur numérique. Elle ne pourrait faire ni l’un ni l’autre (répondre à la situation et inventer un métier) si son centre de gravité se déplaçait et la faisait tomber de l’un ou l’autre des côtés (dans une bibliothèque, un service informatique ou une maison d’édition traditionnelle).

Tous les acteurs sont très conscients de cela, bien évidemment. C’est pour cette raison que le positionnement d’une structure de ce type est extrêmement difficile au sein d’un établissement. Si les chercheurs et équipes de recherche voient très vite l’intérêt de cette structure qui répond bien aux besoins de la situation dans laquelle la recherche se pratique quotidiennement pour eux, les autres acteurs, qui eux, sont engagés dans des routines et des procédures correspondant à un état antérieur, ont du mal à accepter ce qu’ils voient comme un corps étranger tantôt fantaisiste, tantôt menaçant. C’est le cas des politiques et administratifs de la recherche aussi, non par mauvaise volonté individuelle, mais tout simplement parce que les cadres dans lesquels ils travaillent sont assez radicalement orthogonaux à une logique d’innovation.  »

(…)

Le saut qualitatif, la réorganisation de l’activité sur la base d’une prise en compte de changements structurels est difficile à concevoir dans ces cadres. Or, c’est exactement ce que fait l’Unité Numérique en tentant de répondre par un réassemblage inédit d’activités et de compétences aux conséquences de la révolution numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales. La révolution numérique est une révolution. Tout la question pour l’institution est donc de savoir si elle prend le pari de se repositionner dans son nouvel environnement ou pas. J’ai du mal à imaginer les choses autrement que sur le mode de la rupture : le pari est fait, ou non. Mais je peux me tromper et d’autres ont peut-être imaginé des transitions mieux aménagées. Pour moi en tout cas, le débat reste ouvert.

Pierre et son équipe ne sont pas seulement des AV-Pro, ils ne se contentent pas de veiller et de réveiller. Ils agissent, inventent, créent, développent, réfléchissent, apprivoisent et approfondissent les technologies et les processus. Ils ont de la chance de les avoir, à l’ENS !

2 réflexions au sujet de « Ils ont de la chance à l’ENS »

  1. piotrr

    Bonjour Virginie,

    merci beaucoup pour ce commentaire. Ca fait plaisir. Juste une petite rectification : il s’agit de l’ENS LSH ;-) . Sinon, une piste aussi : la notion de AV-pro se rapproche un peu de celle de «  lanceurs d’alertes  », mais en moins sombre évidemment. Ou plutôt : l’AV-Pro, c’est le lanceur d’alerte optimiste ;-)

    Amitiés,

    Piotrr

  2. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    @Piotrr : C’est rectifié. Lanceur d’alerte optimiste, ça me plaît… Genre : faites bien attention, tout va aller mieux bientôt ! Faites gaffe, les choses vont devenir tellement plus simples ! Méfiez-vous, vous avez de beaux jours devant vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>