#sdl09ldd : mettre un dièse aux mots

Mettre un bémol, on voit bien ce que ça veut dire, sans connaître le solfège. Mais, «  mettre un dièse  » ?

Hier soir, Peter Brantley twittait en direct d’un symposium à la Columbia Law School concernant le Règlement Google, et ses répercussions à long terme. On peut suivre, moyennant décryptage de quelques raccourcis (BRR = Books Rights Registry), ses notes de conférence avec le hashtag #gbslaw.

Qu’est-ce qu’un «  hashtag  » ? C’est une série de caractères précédée du signe #, dont les utlisateurs conviennent du sens. Tout message sur twitter comportant ce hashtag pourra être ainsi considéré comme faisant partie d’un ensemble de messages, auquel est associé un contexte défini.

Cela permet d’effectuer des recherches, et aussi de donner en quelques caractères le contexte d’un tweet.
Souvent, il s’agit d’un événement, comme dans le cas de #gbslaw. Le premier qui commence à twitter un événement propose le hashtag. Il existe aussi des hashtag thématiques, comme #followfriday. Il sert simplement à indiquer à ses followers des personnes intéressantes à suivre sous twitter…

Nombreux sont mes «  Following people  » d’outre atlantique qui assistent ces jours-ci à  SXSW , et utilisent le tag #sxsw.

Mais ici en France, on twitte aussi !  Le hashtag pour «  Dem@in le livre  » au Salon du Livre est : #sdl09ldd.

Peut-être se trouvera-t-il quelques twitterers pour couvrir les deux débats organisés par Alain Pierrot, et que j’ai le plaisir d’animer ?

Dimanche à 17h30 :

Bibliothèques numériques, de la consultation en ligne au téléchargement
Où en est-on de la consultation en ligne et du prêt par les bibliothèques numériques ? Aspects sociologiques de la lecture numérique.

Daniel BOURRION, conservateur des bibliothèques, Bibliothèque Numérique de l’Université d’Angers
Alain GIFFARD, spécialiste des technologies de l’écrit, président de la Mission interministérielle pour l’accès public à l’Internet
Yannick MAIGNIEN, directeur du TGE (Très Grand Equipement) ADONIS.
Lundi à 14h :

Comment « rematérialiser » les livres numériques au gré des lecteurs ? Impression à l’unité, fichiers numériques, sont-ils opposés ou complémentaires ?

Pierre-Henri COLIN, responsable de l’offre e-paper chez 4D Concept
Hervé ESSA, directeur marketing et  commercial chez Jouve
Frédéric FABI, président et fondateur du groupe Dupliprint
Moritz HAGENMÜLLER, directeur de Books on Demand.

5 réflexions au sujet de « #sdl09ldd : mettre un dièse aux mots »

  1. F

    ce serait de plus en plus vital qu’on s’organise nous-mêmes pour circulation rétrospective des archives qui comptent

    et qu’elles soient techniquement propres – Daniel, tu laisses ton NetBook ouvert en position enregistreur ? Remolino, qui sera sur les fauteuils au 1er rang, on te passe un petit magnéto ?

    et on pourrait avoir à terme (en tout cas, perso j’ai de quoi héberger, je suppose que les homo-numerici diraient pas non eux non plus) une sorte de banque de données toute simple pour écouter – dans mes réserves j’ai déjà du Ertzscheid, du Guillaud, de l’Aveline, de l’ENSSIB, du Clayssen…

    mais si on le fait pas NOUS ça continuera de se perdre – même si c’est pas dans des conditions assez pro pour en faire un événement blog, mais ce qu’on est en train de vivre depuis 2 ans justifierait amplement cette constitution d’archives, qu’aucun acteur institutionnel n’est en mesure de proposer ?

    et un gros MERDRE pour lundi…

  2. A. Daubi

    pourriez-vous évoquer lundi dans votre débat la question suivante : qui mettra un terme à la déplorable absence blog d’Alain P. ?

  3. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    @F merci. Je me soucie peu des archives, question de tempérament, mais c’est parce que d’autres s’en préoccupent… Je suis plus curieuse de la manière dont les événements, rencontres, discussions, conférences, se propagent aujourd’hui de plus en plus vite, et dont certains apprennent à manier rapidement et spontanément des outils qui permettent tout à la fois précision de l’URL, improvisation débridée, codes adoptés par tous, viralité, et toujours la liberté de consulter ou pas, contribuer ou pas, suivre ou pas, accepter d’être suivi ou pas.
    @Adobe Je déplore également. Je comptais effectivement modifier le programme et proposer une lecture publique intégrale des archives du blog d’Alain récupérées via les caches de Google, suivi d’une manifestation dans les allées du salon pour la réouverture d’Apsed.

  4. Clément Laberge

    Je vais essayer d’être là — sans malheureusement pouvoir m’y engager. Pas d’enregistreuse, mais j’userai du hashtag avec plaisir s’il y a du wifi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>