Scribd, le « YouTube du livre », ouvre une partie payante

Sur Twitter ce matin :

@adamhodgkin «  RT @naypinya : scribd launches ecommerce platform for publishing ;  : – http://bit.ly/wB7tE publishers get 80% of revenue  »

A bloguer en urgence !

Le site de partage de documents en ligne Scribd va commencer aujourd’hui à tester une plateforme de commerce électronique (Scribd Store). Sur Scribd,  les utilisateurs ont la possibilité de charger et de partager tout type de document écrit. Tout comme cela arrive fréquemment sur YouTube pour la vidéo, certains utilisateurs déposent parfois sur Scribd des livres protégés par le droit d’auteur, ce contre quoi Scribd s’efforce de lutter, mais qui lui vaut parmi les éditeurs la réputation de site favorisant le piratage, comme cela a été évoqué récemment dans cet article du New York Time. Scribd a déjà en vue la déclinaison de son service sur iPhone.

le site PaidContent a été hier le premier a annoncer l’ouverture de Scribd Store, qui devrait publier seulement aujourd’hui son communiqué de presse. Voici ce qu’ils écrivent : (traduction maison)

«  Les prix seront fixés par les éditeurs. Contrairement au modèle de partage de revenus en usage chez Amazon, qui peut aller jusqu’à une part de 70% de revenus prélevés pour certains fournisseurs de contenu, la nouvelle boutique Scribd permettra aux ayants droits de conserver 80%  des revenus provenant de l’achat de leurs œuvres, a déclaré Tammy Nam, Vice Présidente de Scribd chargé du contenu et du marketing, dans une interview avec paidContent. Les auteurs et les éditeurs, dans la boutique Scribd pourront fixer eux-mêmes leurs prix et choisir leurs options de DRM. Actuellement, les prix vont de 1$ pour un « graphic novel panel » à 5000$ pour un rapport de recherche détaillé sur le marché chinois. »

« Beaucoup d’œuvres vont êtres mises en ligne, alors nous souhaitons abaisser les barrières » ajoute Nam à propos du raisonnement qui a présidé à cette politique de prix et de DRM. « Notre objectif principal est d’ajouter du contenu au site. Nous pensons que cela sera un peu comme eBay, sous de nombreux aspects, où vous trouvez un mélange de contenu fourni par des vendeurs amateurs et par des professionnels. Mais surtout, en tant que site fréquenté chaque mois par 60 millions de lecteurs, nous croyons qu’il y a une superbe « longue traîne » de contenu non professionnel. »

‘L’introduction de la boutique Scribd et son système de DRM à la demande ne va pas nécessairement faire cesser le plagiat et les violations du copyright. Mais en donnant aux auteurs et aux éditeurs une chance de gagner de l’argent sur son site, Scribd espère que les critiques vont s’atténuer. Séparément, Scribd maintient une « base de données de copyrights » des œuvres protégées, et fait son possible pour lutter contre les usages non autorisés. Chaque œuvre chargée sur la boutique Scribd sera automatiquement ajoutée à cette base de données, qui couvre aussi la partie gratuite du site. Par exemple, le site communautaire et éditeur de guide de voyages Lonely Planet  va commencer à vendre des chapitres à partir de 2,50$  et 12,50$. «  

C’est une annonce très importante : Scribd est un site particulièrement bien fait, qui touche une audience très large. Savoir dans quelle mesure et dans quelles proportions ses utilisateurs vont accepter de passer, pour accéder à des œuvres protégées, à un modèle payant sera tout à fait crucial pour la détermination de modèles économiques dans l’édition numérique. Le modèle de Scribd qui permet à la fois la consultation en ligne et le téléchargement en fait un concurrent aussi bien d’Amazon que du futur Google Recherche de Livres (si le règlement est approuvé). On peut se réjouir de l’arrivée d’un acteur significatif alors que la rivalité Google / Amazon risque de s’accentuer pour la domination de l’accès aux contenus et celle du commerce du livre numérique.

Qu’en pensez-vous ? ( Les commentaires de plus de 140 caractères sont acceptés, allez, lâchez un peu Twitter et revenez sur les blogs ! )

9 réflexions au sujet de « Scribd, le « YouTube du livre », ouvre une partie payante »

  1. Aldus

    Merci Virginie ; de tous ces sites de feuilletage Scribd, Issuu, Calaméo, c’est donc Scribd qui passe à la vitesse supérieure. Le modèle de Ebay me semble pertinent, d’abord un marché d’enchères pour les particuliers (gratuits) puis marché de pseudos particuliers (pseudos éditeurs), puis vrais éditeurs qui ouvriront boutiques ; le problème est que cela me semble un peu tard maintenant que Amazon, Sony, Google ont des positions dominantes. Pour des niches, peut-être… Je verrais bien une boutique Scrid Comics par exemple, non ?

  2. Eric

    Oui, j’ai fait une petit analyse début d’année et Scribd est sans aucun doute le meilleur service du genre (du moins pour les contenus où le texte est prépondérant).

    L’ouverture de leur store était clairement le principal moyen de rentabiliser tout le site (ils ont levé beaucoup de fonds tout récemment). Dommage que l’on ne puisse pas encore le tester comme vendeur hors USA.

    Par contre, et même si la composante communautaire et les similtudes avec YouTube vont jouer, je crois que leur plus gros concurrent est est soudainement devenu Lulu.com (et les autres iniatiatives similaires locales). Lulu propose en effet depuis quelques temps un service eBooks, pour lequel l’application iPhone est déjà prête (Scribd l’annonce mais donne pas de deadline).

    A suivre de près en tous cas !

  3. Hubert Guillaud

    On voit bien qu’il y a là un besoin à remplir. Auteurs et éditeurs cherchent désespérément une plateforme capable de s’adapter avec souplesse à leurs besoins. Capable d’afficher simplement du contenu. Capable de générer du micropaiement. Capable de délivrer des formats multiples. Capable de s’ajuster aux besoins et aux réactions du marché. Reste qu’il lui faudrait s’allier avec un libraire ou plusieurs libraires en ligne afin de ne pas cantonner le numérique comme un parent pauvre de l’édition, mais suivre le modèle que tisse Amazon : l’intégration des contenus, les livres papiers bénéficiant de l’électronique et inversement. A mon avis, c’est à cette condition d’intégration que Scribd sera capable de franchir une étape d’importante.

    Bon visiblement, je suis le seul qui ne soit pas sur Twitter. ;-(

  4. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    @Aldus trop tard ? Tard pour commencer ex-nihilo, certainement. Mais Scribd a déjà une audience très importante. Et aujourd’hui, le problème c’est de trouver des lecteurs pour les livres, et non l’inverse. Tous ces utilisateurs de Scribd seront peut-être ravis de pouvoir consulter ou télécharger des livres sous droits, moyennant paiement. Et ils sont capabes, comme le souligne @eric d’offrir une expérience en ligne de grande qualité : le site est exemplaire du point de vue de l’ergonomie et de la simplicité d’usage. Cela semble une évidence, mais on le sait, cette facilité d’usage est très difficile à atteindre. Devenir un vrai «  facilitateur  » sur le web n’est pas à la portée du premier venu…
    @Hubert : c’est juste, le couplage livre imprimé / livre numérique est une force d’Amazon, ainsi que, dans le numérique le couplage kindle / iPhone.
    C’est vrai, je ne te lis guère sur Twitter… Pas envie de te laisser entraîner par le grand flux en temps réel ? Méfiance ? Crainte de perdre ton temps ? Trop de bruit ?

  5. Aldus

    Oui sans doute Virginie, je vois mal l’intérêt pour un éditeur de choisir Scribd plutôt qu’un autre mais bon, nous verrons bien.

  6. Ping : Scribd ajoute une boutique à son site | eBouquin

  7. Hadrien Gardeur

    Cette initiative de Scribd est intéressante pour un certain segment du marché : les livres qu’on consulte par morceaux, ou les ouvrages courts.
    Je pense que la comparaison avec le Kindle store est assez inadaptée, dans les 60 millions de lecteurs annoncés par Scribd, la majorité consultent en fait que quelques pages via un widget qui a été embarqué hors du site principal.

    Pour un éditeur comme O’Reilly, ça correspond tout à fait aux besoins de leurs lecteurs qui vont lire une section ou un chapitre de leur livre, et pourraient être tentés d’acheter un droit à une consultation complète de l’ouvrage.

  8. juily

    Il existe aussi un service, Youtube du document :
    Evadoc.com

    Le site est ma source principale de lectures pour mes cours et de ebooks pour mon reader !!

    Le design est clair et on trouve de tout

  9. Ping : Numérique, e-books, etc. (21/05/09) « pintiniblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>