recherche par auteurs

Je m’étonne que personne n’ait encore fait allusion, dans la discussion qui suit l’article en forme de mouvement d’humeur de François Bon au sujet du projet de plateforme de sites auteurs de la SGDL, au site FiledBy Authors.

J’ai repéré ce site au mois de mars. Il part d’une idée assez simple, proche probablement de celle de la SGDL, aider les auteurs à avoir une existence en ligne, quel que soit leur degré d’implication dans des apprentissages web, ou bien le temps qu’ils sont disposés à y consacrer.

Mais  FiledBy n’a pas demandé leur avis aux auteurs, ni essayé de les sonder pour savoir combien ils seraient prêts à payer. FiledBy a commencé par agréger différentes bases bibliographiques, dans l’idée de proposer tout d’abord une base de données d’œuvres organisée par auteurs. Il était ensuite assez simple de permettre aux auteurs : 1) de se revendiquer comme la personne désignée sur tel enregistrement de la base de données 2) de s’inscrire à FiledBy et d’avoir la possibilité de compléter corriger la fiche auteur le concernant 3) d’ajouter des liens vers leur blog. Ajouter à cela quelques bonnes pincées de web 2.0, et vous voilà muni de tous les ingrédients  numériques nécessaires à la création et à l’animation de communautés de lecteurs…

Il s’agit d’un modèle économique de type  » freemium  » : le service est gratuit. Gratuitement, un vrai service est offert. Mais en payant un peu, on accède à un service plus intéressant, et en payant encore plus, à un service encore plus intéressant…Ainsi le «  gratuit  »,  qui va concerner la majorité des auteurs, et la totalité des lecteurs, sera financé par la proportion d’auteurs prêts à payer pour une meilleure prestation.

Voici comment Mike Shatzkin présente FiledBy Authors, dont il est l  »un des fondateurs :

« Filedby adresse la question de la longue traîne d’une manière originale. Filedby propose  aujourd’hui  une page web à 1,8 millions d’auteurs, dont chacun a publié aux Etats-Unis ou au Canada (= a un ISBN). Les pages, qui existent déjà, doivent être « revendiquées » par les auteurs, ce qui est le point de départ d’une page personnalisée que Filedby a déjà largement esquissée de manière automatique. Nous voyons une opportunité énorme à aider les auteurs à s’aider eux-mêmes. Beaucoup d’entre eux ne reçoivent aucune aide de leur éditeur. Franchement, à part Morgan Entrekin, qui a parlé explicitement d’utiliser internet pour trouver de l’audience pour ses livres qui font entre 6000 et 25000 exemplaires, personne n’a grand espoir que les éditeurs s’y mettent dans un futur proche. Chacun semble attendre des auteurs qu’ils se débrouillent par leurs propres moyens. Moi et le co-fondateur Peter Clifton avons passé un moment génial à démarrer ce business. »

Qu’est-ce que Filedbyauthor ?

Filedbyauthor est l’ensemble le plus complet de pages web dédiées à des auteurs.  C’est aussi un endroit pour que les auteurs puissent se présenter et présenter leur travail, un lieu où les lecteurs pourront rechercher et découvrir de nouvelles œuvres et un lieu pour quconque souhaite se connecter et discuter de son sujet favori. – auteur ou livre, bien entendu.

Notre site se focalise sur ceux qui créent ! Notre but est d’aider chaque créateur à exister en ligne et à utiliser le web pour faire connaître et diffuser son travail.

Le site permet aux auteurs et aux autres créateurs dont on peut identifier les œuvres de revendiquer celles-ci, de les mettre à jour, de les corriger, de  lier les unes avec les autres toutes leurs activités, établissant ainsi une image contrôlée d’eux mêmes et de leur travail.

Chacun peut être découvert et lié via un seul outil de recherche. Les pages permettent aux auteurs et aux autres créateurs de consolider leur activité de marketing en ligne et de maximiser leur présence web.

Nous pensons qu’il est important pour les auteurs d’accéder, de corriger et de nettoyer les données qui les représentent partout sur les places de marché du livre et ensuite de mettre leurs pages à niveau pour une meilleure promotion d’eux-mêmes et du web.

Les lecteurs utilisent filedbyauthors pour rechercher des auteurs et leurs œuvres,  accéder à du contenu exclusif posté par les auteurs enregistrés, len savoir plus sur leurs auteurs préférés, ajouter des commentaires à destination des autres lecteurs et auteurs, évaluer et rendre compte des titres et recevoir des mises à jour lorsqu‘un auteur poste un nouveau contenu ou signale un événement.

Si vous avez publié au Canada ou aux Etats-Unis, il y a des chances que votre page auteur attende déjà que vous la revendiquiez !

Il y a trois types de membres :
* Basic – GRATUIT
* Premium – $99/an
* Premium Plus – $399/an

Les éditeurs sont invités à travailler avec nous de plusieurs manières :

•    En sponsorisant leurs auteurs pour l’abonnement à l’une de nos formules
•    En nous fournissant des données bibliographiques, incluant les informations de titre et de couvertures
•    En nous fournissant des informations biographiques et des photos d’auteurs
•    En faisant savoir à tous leurs auteurs qu’ils peuvent participer et revendiquer leur page
•    En posant des liens vers Filedbyauthors depuis leurs pages auteurs sur leur propre site ou ailleurs

L’existence de ce site, pas plus que celui du site que projette la SGDL, ne se substitue pas aux autres invesissements web, multiformes, de nombreux auteurs. Pas plus que Facebook n’a chassé les blogs. Le fait de créer très simplement sa page, et surtout d’acquérir une visibilité immédiate en faisant masse en un lieu précis du web, petit agrégat de brins de paille savamment arrangé dans la botte de foin, n’est pas du tout incompatible avec d’autres formes d’existence web, sites personnels, blogs, participation à divers réseaux sociaux etc.

Il y a de la place sur le web, pour l’un et pour les autres, pour l’immeuble collectif et pour les quartiers pavillonnaires, pour les hameaux isolés comme pour les centres villes grouillants de monde. Et on peut même habiter un peu partout, squatter un appartement et retaper une maison de campagne, prendre une coloc en banlieue ou emprunter pour devenir propriétaire de cette jolie résidence en multipropriété…

3 réflexions au sujet de « recherche par auteurs »

  1. Hubert Guillaud

    Je n’avais pas vu passer pour ma part, mais j’ajouterai ce site à la longue liste de ceux qui prônent une relative autonomie de l’auteur : allant d’Amazon Connect, à Booktour en passant par quelques plateformes de blogs imaginées par des éditeurs pour accueillir leurs auteurs (comme AuthorsPlace de RandomHouse.

    Malgré tout, tout ne s’équivaut pas sur le web. Une présence 1.0, sur le modèle que le propose visiblement la SGDL est tout de même un tantinet frustrant, à l’heure où l’on va de plus en plus avoir besoin de l’API de l’auteur pour alimenter plusieurs dizaines de plateformes différentes. Un blog d’auteur permet ainsi d’alimenter (via RSS) de multiples espaces (site d’éditeur, cyberlibraire, portail institutionnel, sites sociaux, etc.)… Et dans la présence sur le net, c’est cela qui est important, le fait que cette présence puisse être démultipliée, diffusée, déportée…

  2. Virginie Clayssen Auteur de l’article

    Merci Hubert pour ces exemples, et tout à fait d’accord pour ne plus concevoir aucun site web comme une place forte. Apprenons à penser en termes de flux, même si c’est inhabituel et un peu inconfortable au début, parce qu’on a appris à penser avec des «  images arrêtées  » du texte que sont les pages des livres. C’est plus facile lorsque on passe beaucoup de temps sur le web, rien de mieux pour comprendre ce qu’est un flux que d’y plonger la tête la première…
    Mais s’adresser à ceux qui n’osent pas, n’y pensent pas, pensent qu’ils ne pourront pas, que c’est compliqué, que c’est pas pour eux, je trouve que c’est plutôt une bonne idée.
    Maintenant, il y a du chemin à faire effectivement pour passer de la bonne intention à la réalisation d’une plateforme adaptée et efficiente, bien réalisée et réellement utile aux auteurs… Mais ça, c’est vrai pour tous les projets : sueur, sang et larmes… bref, travail, et aussi quelques euros, car de telles plateformes coûtent cher.

  3. Hubert Guillaud

    Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée (encore moins à ce prix là), ni que cela parte d’un si bon sentiment que cela ;-). Mais je suis d’accord pour dire qu’il manque de structure pour accompagner les auteurs, notamment ceux qui n’osent pas, ne veulent pas, n’y pensent pas, ne savent pas (pas sûr d’ailleurs qu’on puisse répondre d’une seule façon à ces pratiques différentes)…

    Mais la question importante à résoudre est de savoir : si je n’existe pas sur l’internet (si je n’y suis pas présent, que je n’y ai pas d’identité), que vaut-il mieux qui me représente ? Amazon ? Mon éditeur ? Ma société d’auteur ? Wikipédia ?… Ca c’est une question qui mériterait une réponse formalisée et argumentée.

    Comme le dit Kevin Kelly : “Ne vous inquiétez pas pour ceux qui n’ont pas de voiture, inquiétez-vous de ce qui arrive lorsque tout le monde a une voiture.” Ne nous inquiétons pas de ceux qui n’ont pas de site/identité en ligne, mais inquiétons-nous de savoir ce qu’il se passe quand tout le monde en a un. Quels effets cela induit ? A qui cela bénéficie ? Qui cela désavantage ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>